Marc Soler Echographie quiz hernie ombilicale

Parfaite visualisation sur cette échographie de l'orifice et du sac de cette hernie épigastrique, le radiologue aurait facilement pu dépister un ou plusieurs orifices secondaires permettant de guider le geste du chirurgien.

 

Une telle précision anatomique n'est pas possible pour les hernies de l'aine !

A la question:

L'échographie est très souvent utile pour le diagnostic des hernies de l'aine :

La réponse est résolument NON !

En effet des études et en particulier celle de notre "club hernie", ont montré l'absence de parallélisme entre les données de l'échographie et de l'examen clinique réalisé par un spécialiste.

L'anatomie de l'aine est très complexe, (c'est souvent même un cauchemar pour les jeunes étudiants en médecine qui aborde cette discipline).
Cette complexité entraine souvent des diagnostics échographiques en excès, ce que l'on appelle des faux positifs.
Cette complexité s'oppose également à la sagacité de nos amis radiologues.

Chaque semaine des patients viennent à ma consultation avec la pochette de l'échographie en avant, déjà conditionnés à devoir être opérés.
Il est parfois difficile, même après l'examen physique de les convaincre que leur douleur inguinale n'est pas due à un problème de paroi, mais plutôt à un problème tendineux ou à une arthrose rachidienne ou de hanche….Mais cela est un autre débat.

La main du spécialiste, et en particulier l'index palpateur saura explorer tous les détails anatomiques, et pourra repérer ici un orifice inguinal laissant passer un sac herniaire, là une impulsivité d'une hernie directe.

Notre étude du club hernie démontre clairement que le doigt du clinicien est supérieur dans cette indication précise à la sonde échographique.
Vous pouvez vous référer à l'article en ligne de Mathieu Beck et J.F. Gillion.

Par ailleurs, et de toute façon notre technique MOPP de cure des hernies de l'aine impose une exploration chirurgicale de toute la région de l'aine et le renforcement de toute la région également, par une grande prothèse.

Voir également mon article de blog ; " La hernie de l'aine, inguinale ou crurale: le diagnostic, à quel moment consulter, quand et comment opérer."

Mais rendons grâce à nos amis radiologues.
Il n'en est pas de même pour les hernies ventrales, en particulier épigastriques !

Donc à la question :

"L'échographie est utile pour le diagnostic et le bilan préopératoire des hernies épigastriques",

la réponse est OUI.

En effet s'il n'est pas nécessaire de faire une échographie devant une hernie ombilicale, car l'examen clinique suffit, et l'exploration chirurgicale permettra de préciser la nature de la hernie et de proposer le bon traitement.
Vous pouvez également lire mon billet de Blog sur "La hernie ombilicale, épigastrique. Le diagnostic, à quel moment consulter, quand et comment opérer : le choix d'une technique minimale invasive."

Il n'en est pas de même pour la hernie épigastrique car la particularité de cette dernière, est la possibilité de l'existence de plusieurs trous dans la paroi abdominale, alors que seule la boule émergeant par le trou principal ne pourrait être visible.

Dans cette région appelée la ligne blanche, l'anatomie est beaucoup plus facile à apprécier échographiquement. ( Voir la photo). Il y a les muscles (tablettes de chocolat, le cas échéant !), séparés par l'aponévrose (la ligne blanche) siège des hernies épigastriques.
L'échographie pourra décrire l'orifice principal, et surtout décrire le collet de la hernie (c’est-à-dire la taille du trou), et aussi la taille et le volume du sac herniaire, à travers un petit trou peut s'épanouir une volumineuse hernie. (Voir photo).
Ce qui est fondamental dans cette situation est la possibilité grâce à l'échographie de décrire la présence, le nombre et la situation d'orifices secondaires pouvant très facilement passer inaperçus lors de l'examen physique.
Or, il sera primordial lors du traitement chirurgical de renforcer toute la zone de faiblesse et de recouvrir largement avec notre prothèse tous les trous de la ligne blanche.
Ici le geste du chirurgien pourra être guidé par le résultat de l'échographie.

En conclusion :
Le bon respect de ces principes pourrait faire économiser des sommes non négligeables à notre sécurité sociale, en limitant le recours à l'échographie lorsque cela est utile…

A bientôt pour la suite de la correction du Quiz, en nous intéressant prochainement aux rapports entre hernie et efforts physiques, avant et après l'intervention... Vaste sujet !