Photo Marc Soler Georges Wantz René Stoppa Franz Ugahary Eva Fischer New York

Photo très symbolique : Franz Ugahary a été particulièrement influencé par Georges Wantz, à gauche, et par René Stoppa à droite, pour l'élaboration de sa technique, notre Amie Eva Fischer, adjointe de G. Wantz, est une adepte de la technique à l'hôpital Cornell de New York.

Marc Soler Franz Ugary René Stoppa 331x285

Votre serviteur ente René Stoppa et Franz Ugahary ou trois générations de chirurgien en quête d'un traitement simple et efficace des hernies de l'aine.

 

La technique ici présentée mise au point par Franz Ugahary et modifiée par nos soins est l'étape importante vers notre technique MOPP (Minimale Ouverte Pré Péritonéale).

C'est le concept de chirurgie mini- invasive, réalisée par un seul orifice au niveau de l'aine.
Nous utilisons encore régulièrement la technique originale de F. Ugahary pour les patients présentant une récidive après intervention de Shouldice ou de Lichtenstein, ou après mise en place de Plug, ou après récidive après tout autre technique par voie antérieure classique.
L’anesthésie peut être locale, actuellement volontiers générale, légère, sans intubation, avec utilisation d'un masque laryngé, une anesthésie locale est associée pour le confort post opératoire immédiat du patient. L’hospitalisation de jour est la règle, le retour rapide à des activités normales font partie de l’environnement de la technique.
L'incision de 3 à 4 centimètres est située dans la partie supérieure de la région inguinale (au-dessus du maillot).

Le clivage de l’espace entre le péritoine en profondeur et le muscle en superficie est effectué.
Une grande prothèse de renforcement est mise en place dans cette espace.
Les muscles superficiels sont refermés par des points de suture résorbables, deux points sous-cutanés et des bandelettes adhésives (Stéri-strip) sur la peau terminent la fermeture.
Cette technique était très innovante par son caractère mini invasif. L’absence totale de fixation de la prothèse et l’utilisation exclusive des espaces clivables contribuent probablement au faible niveau de douleur postopératoire, favorisant une prise en charge ambulatoire chaque fois que possible. Par ailleurs, une reprise rapide des activités, un faible taux de récidive semble contribuer à un faible coût global de la technique.
Elle représente pour nous la base de la technique MOPP (Minimale Ouverte Pré Péritonéale), que nous avons personnellement adapté selon la méthode chirurgicale de Ugahary, et que nous réalisons préférentiellement actuellement.

Je vous invite à prendre connaissance de la publication de l’académie nationale de chirurgie qui est la première présentation de la technique en France.