Le Centre de Chirurgie de la  hernie  de Cagnes sur Mer propose  de comprendre  et de solutionner vos problèmes de paroi abdominale. L'objet de ce blog est de répondre à vos interrogations concernant ces affections si fréquentes, que sont les hernies de l'aine, les hernies ombilicales ou épigastriques, les éventrations, le diastasis abdominal, de vous informer sur nos techniques minimales invasives, les modalités de votre prise en charge en ambulatoire…

À l'aide de notre expérience  déjà documentée dans notre site internet, nous souhaitons, dans ce blog,
Établir un dialogue, prélude, s'il le faut, à un contact plus direct.

Le Centre de Chirurgie de la  hernie  de Cagnes sur Mer propose  de comprendre  et de solutionner vos problèmes de paroi abdominale. L'objet de ce blog est de répondre à vos interrogations concernant ces affections si fréquentes, que sont les hernies de l'aine, les hernies ombilicales ou épigastriques, les éventrations, le diastasis abdominal, de vous informer sur nos techniques minimales invasives, les modalités de votre prise en charge en ambulatoire…

À l'aide de notre expérience  déjà documentée dans notre site internet, nous souhaitons, dans ce blog,

Établir un dialogue, prélude, s'il le faut, à un contact plus direct.

 

Notre activité chirurgicale est dédiée à la paroi abdominale, compte tenu de  notre formation, (DEA de génie biomédical),  nous avons créé une instrumentation complète, spécifiquement dédiée aux nouvelles techniques de traitement des hernies de l’aine, que nous avons développées à Cagnes sur Mer.

Voir, l'article du Blog :" La hernie de l'aine, inguinale ou crurale…"

Instrumentation 1 Docteur Marc SolerInstrumentation 2 Docteur Marc Soler

Notre instrumentation complète pour la cure des hernies de l'aine avec la prothèse MOPP

photo post 7

Après près de deux siècles d’évolution, la chirurgie herniaire est toujours l’enjeu de combats passionnés lors de la plupart de nos congrès.
Théodore Billroth en 1857 énonçait que le traitement idéal des hernies de l’aine serait atteint lorsque l’on pourrait reproduire artificiellement des fascias et des tendons.
G. Amato de Palerme expliquait que dans le cadre de la pathologie herniaire nous retrouvions également des anomalies dégénératives, notamment au niveau des nerfs, des veines, des artères, des muscles, avec présence d’une infiltration inflammatoire, et que la solution devait prendre en charge cette physiopathologie de façon dynamique et non pas statique.
Malheureusement ces vœux pieux, n’auront pas, jusqu’à ce jour, de traduction exploitable.
Une solution plus pragmatique, pouvant représenter un certain idéal, pourrait être le renforcement de la totalité du sac viscéral par une prothèse géante comme l’a décrit R Stoppa en 1967. (1-2-3-4)

Création de matériel prothétique

Notre activité chirurgicale est dédiée à la paroi abdominale, compte tenu de notre expérience dans les matériaux prothétique (M. Soler, P. Verhaeghe and R. Stoppa Parietal reinforcement prostheses : Hernia (2000) 4 : 61-66), et de notre formation, (DEA de génie biomédical), nous avons créé des prothèses de renforcement pariétal pour le traitement des hernies inguinales et des hernies ventrales.La prothèse cible pour le traitement des hernies ventrales et de certaines éventrations ventrales.

Voir le film: surgimesh cible
Ainsi que l'article de Blog: "La hernie ombilicale, épigastrique…, le choix d'une technique minimale invasive".

Prothèse cible Dr Marc Soler

Prothèse "cible" pour la cure des hernies

ombilicales, épigastriques et des petites éventrations

 

Nous traitons les hernies ventrales, ombilicales ou épigastriques par la mise en place d’une prothèse de renforcement pariétal. La prothèse est mise en place dans la paroi abdominale de façon minimale invasive. L’incision est de petite taille, la cicatrice est esthétique. Afin de faciliter la mise en place du matériel prothétique, nous avons créé la prothèse cible. La prothèse est adaptée pour le traitement des petites hernies et de certaines petites éventrations ventrales, son diamètre est de 12 cm.

Logo OGDPC CMJN11

 Chère consœur, Cher confrère

Il m'est particulièrement agréable de vous convier à cette soirée de formation et d'échanges autour de ce qu'il est convenu de nommer la santé connecté.

En effet se concrétise actuellement une évolution de notre système de santé qui ne fait que suivre l'évolution de la société, et en particulier l'essor d'Internet et l'utilisation qui en est fait notamment par les biens connus: Google, Apple, Facebook, Amazone (GAFA). Une myriade de startups a également compris l'adhésion du grand public (comme le montrent les sondages récemment réalisés), à cette évolution.

D'objets connectés, en plateformes médicalisées, en passant par le dossier médical dématérialisé, (avec à ce sujet la compétition que se livre le projet public et d'autres privés concurrentiels), nous allons observer une transformation de notre mode exercice.

Cela doit être encadré, notre Conseil National de l'Ordre des Médecins a déjà abondamment publié sur ces questions par l'intermédiaire de son vice-président Monsieur le Docteur Jacques Lucas.

Marc Soler Dépistage cancer colorectal 916x609

Inauguration à Cagnes sur mer du département de médecine du travail pour la catégorie professionnel "Super-Héros", et ce au niveau planétaire.
Tous se sont donnés rendez- vous pour une première visite médical du travail, au Pôle santé.
Le thème étant le dépistage du cancer colorectal.
Le département de médecine du travail des super-héros a préféré patienter jusqu'au 24 mai, pour ce lancement mondial, pour ne pas faire d'ombre à l'événement Cannois voisin et sa Palme d'or.
Vous pourrez vérifier sur le clip en ligne que tous nos héros ont pris leur responsabilité : http://ow.ly/CSc3300BVvu
Superman, Batman Robin, Catwomen, La Veuve Noire, Captain America Femme, Captain America Homme, Iron Man, Les Men in Black, et Spiderman ont répondu à la convocation du médecin du travail des super-héros.
Tous sont repartis avec l'enveloppe de dépistage du cancer colorectal.
Seule façon de prévenir et de prendre en charge précocement cette pathologie qui touche plus de 40 000 personnes en France chaque année, majoritairement après 50 ans.